freins Formula Oro (K18 et Puro)

J’ai testé pour vous : les freins Formula Oro (K18 et Puro)

 

J’utilise des Formula Oro depuis plus de trois 3 ans : 2 ans ½ avec des K18, 1 an avec des Puro.

Formula Oro Levier (light)

Quand on parle des Formula Oro, on pense tout de suite à la puissance de freinage. Et c’est vrai ! En tous cas, quand on utilise des plaquettes organiques. Les métalliques sont en effet plus endurantes, mais moins « mordantes ».

Les plaquettes sont d’ailleurs d’un prix raisonnable (15 €), et se changent très facilement : une vis à enlever, et les plaquettes peuvent être retirées ! On nettoie le frein à l’eau et au savon, on écarte les pistons avec un gros tournevis, on replace le nouveau de plaquettes, on visse… c’est fini !

Formula Oro Etrier (light)

Côté freinage proprement dit, les Formula Oro freinent effectivement très bien, mon scaphoïde cassé en 3 parties suite à un magnifique soleil lors d’un freinage d’urgence peut en témoigner… Et c’est l’un des points qui peut décourager les amateurs de progressivité : il faut vraiment doser sous peine de bloquer la roue avant (dans le meilleur des cas). Le problème peut en partie se corriger sur les K24 ou les Puro, qui disposent d’une molette de réglage de l’attaque. Pratique, mais une fois le bon compromis trouvé, on n’y touche plus jamais !

Une fois la prise en main effectuée, on peut vraiment se lâcher en descente : on ne vient jamais au bout des Oro ! Il n’y a que lors des très longs freinages que l’on commence à sentir les limites, le levier commençant à devenir plus dur à actionner. Mais cela n’est jamais handicapant, et on a l’impression que quoi qu’il arrive, on pourra toujours freiner encore plus fort. Ce qui est tout à fait vrai, l’adhérence étant toujours prise en défaut avant les freins…

L’autre gros point fort des Formula Oro est leur rapport poids / prix : les K18 offrent une puissance incroyable pour un poids très raisonnable, le tout avec un prix serré. Les Puro sont très légers, le prix étant dans ce cas plus important : les petits raffinements n’y sont sûrement pas étrangers (leviers carbones, durits « style aviation »…).

On va maintenant aborder le sujet qui fâche : la fiabilité ! On entend beaucoup de critiques concernant Formula… Et c’est totalement vrai ! Sur mes K18 et les Puro, même souci : le piston défectueux empêche le retour complet du levier après un freinage. Pas de conséquence côté sécurité, mais c’est particulièrement gênant ! Ca peut être pris en garantie, mais c’est tout de même incroyable que ce problème ne soit pas réglé depuis 3 ans…

Autre piège à éviter : après un changement de plaquettes, il ne faut surtout serrer trop fort la vis sur l’étrier… sinon l’étrier casse ! C’est du vécu évidemment, et ça m’a coûté un changement étrier + plaquettes + une vidange…

Un dernier retour d’expérience, qui concerne un ami VTTiste : les plaquettes qui frottent en permanence sur le disque. C’est super le renforcement musculaire, beaucoup moins pour le rendement du vélo… Après deux retours chez le vélociste, le problème apparaît toujours !

En définitive, doit-on vraiment acheter les Formula Oro : en 2ème monte, sûrement pas ! Il y a plus progressif, et surtout beaucoup plus fiable pour un prix équivalent… C’est sûr, leur prix et leur poids en fait un choix privilégié en 1ère monte pour les constructeurs (Lapierre, Canyon, …), mais c’est sans compter sur les problèmes de fiabilité qui m’ont personnellement définitivement dégoûté des freins Formula !

 

Les + : la puissance, le poids, le prix raisonnable (K18)

Les – : la brutalité du freinage, la fiabilité, la fiabilité, et la fiabilité !!!

 

Une réflexion au sujet de “freins Formula Oro (K18 et Puro)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *